Littéralement, le cashback veut dire « remise en argent ». Ce terme fait référence aux réductions en ligne proposées par des marchands. Il gagne actuellement en popularité et ce ne sont pas les commerçants, encore moins les consommateurs, qui diront le contraire.

Une évolution notable

Le SNMP ou Syndicat National du Marketing à la Performance, en collaboration avec le Xerfi, a eu à mener une étude entre le 27 juin et le 18 juillet 2019. L’échantillon considéré était composé de 2 524 internautes d’une tranche d’âge de 18 ans et plus. Cette étude avait pour objectif de s’enquérir de l’évolution du cashback en France. 34 e-commerçants avaient alors été sollicités et les résultats de l’enquête étaient plutôt positifs.

En effet, le cashback donne aux consommateurs la possibilité de se faire rembourser une partie du montant total des achats effectués en magasin ou en ligne. Leurs euros sont ainsi conservés dans une cagnotte qu’ils peuvent récupérer après deux mois ou moins via un virement bancaire et sans aucuns frais. De plus, utiliser le cashback ne prend que quelques secondes ou quelque deux ou trois clics. L’acheteur peut même s’inscrire sur des sites pour recevoir des alertes de cashback en hausse. Le cashback est encore appelé système de parrainage ou système d’affiliation ou système pyramidal.

76 % des personnes incluses dans l’étude y adhèrent et 55 % d’entre elles en font même une condition pour la validation de leur panier. Par ailleurs, près de 90 % de personnes ont désormais plus confiance en ces commerçants qui utilisent le cashback comme système de remboursement en ligne. Selon les agences de cashback, cette méthode leur confère une image positive.

La cashback : l’incontournable de demain ?

Une réponse par l’affirmative ne surprendrait personne. Le PDG de RetailMeNot soulignait d’ailleurs que ce système était un levier assez déterminant dans les décisions d’achat du consommateur. Il contribue à une fidélisation sur le long terme et déclenche la vente. Pour Thomas Sauzedde, le cashback représente un double challenge pour les retailers et les commerçants en ligne. Nombre de leviers d’acquisition ne parviennent pas à relever ces défis.

Par ailleurs, 88 % de ces marchands demeurent favorables au système. Il représenterait à leur avis un instrument très intéressant de la stratégie d’entreprise. Il facilite l’acquisition et la fidélisation de nouveaux clients. Ils proposent aussi qu’une priorité doit être accordée à la personnalisation des offres de cashback. Aussi bien eux-mêmes que les acheteurs doivent pouvoir sélectionner les offres en fonction de critères plus nombreux. De plus, 52 % de ces vendeurs interrogés préconisent que le champ d’application du cashback soit étendu aux magasins physiques.